Être jugée pour avoir des goûts de luxe

On va pas se conter des mensonges: dans la vie, mon chum et moi on aime les belles choses, probablement plus que la moyenne des gens. Depuis aussi longtemps que j’me souviens, je me suis toujours intéressés à la mode. Sans même regarder le prix, je suis souvent attirée par les belles choses. Mais, les belles choses valent souvent un peu plus cher, #sorrynotsorry. Pourtant, j’ai pas été élevé dans l’gros luxe. Les murs de ma chambres étaient pas tapissés de billets bruns, j’ai jamais eu de poney comme animal de compagnie pis mes parents ne m’ont jamais offert de voiture de course pour mon 18e anniversaire (ni pour aucune occasion d’ailleurs). Mes parents sont confortables, mais pas excessivement riches non plus. J’ai pas été gâtée pourrie, mais j’ai jamais manqué de rien. Ça enlève pas au fait que je déteste payer cher pour des choses qui valent pas la peine, d’où ma série “la version moins chère”.

Crédit photo: Isabelle Bougie

Chapeau: Brixton

Blouse: Vero Moda

Jeans: Topshop

Chaussures: Call it Spring

Pour une raison qu’on ignore, on reçoit souvent des drôles de réaction quand on mentionne certains détails de nos vies. Quand je dis que j’aimerais m’acheter un sac de designer avant la fin de mon BAC avec l’argent généré par mon blog, ça a tendance à en déranger quelques uns. Quand on dit qu’on aime mieux ne pas aller dans les restos de chaîne plusieurs fois par mois pour aller une fois ou deux dans un resto luxueux, on se fait regarder croche. Quand je parle du prix de mes rendez-vous chez le coiffeur, même si je dis que j’y vais juste aux six mois, j’me fais presque lancer des roches. Quand je dis qu’on aménagera dans notre nouveau condo en novembre, j’me fais poser plein de questions limite indiscrètes.

Après une jasette sur le sujet avec des amis autour d’un (ou trois) verre de vino, on a abouti à la conclusion que les gens ont probablement plus un malaise avec le fait qu’on ait un train de vie généralement associé à des personnes plus vieilles que nous. Fait que dans le fond, #lesgens vivent mal avec le fait qu’on réussisse bien? WTF! 

J’ai pas dit que je pitchais mon argent par les fenêtres de ma mercedes de l’année en roulant dans mon drive-way pavé en diamants. J’ai pas dit que mes cinq cartes de crédit étaient loadées au max pis que toutes les agences de recouvrement de la province étaient sur mon dos. Au moment où j’écris ces lignes, ça fait 4 ans que j’suis en âge de voter. Si j’peux choisir qui sera le prochain leader de mon pays sans souffrir du jugement des autres, est-ce que je peux choisir comment je vais dépenser mon argent durement gagné, sans créer un véritable tremblement de terre? Est-ce que le fait que j’apprécie le fait de me gâter avec des achats plus luxueux fait de moi une personne plus hautaine que la moyenne? Est-ce que ça me rends insensible ou déconnectée de la réalité? J’pense que la réponse à toutes ces questions, c’est non! J’reste quand même la fille simple qui fait son épicerie le dimanche matin, pas maquillée pis qui cours les aubaines quotidiennement. La preuve, en deux ans de vie commune, on a jamais payé pour des services de télé, qu’on juge pas nécessaires pour notre mode de vie. À la place, on a une antenne qu’on doit avoir payé 60$ qui nous permet de visionner les postes de base en HD. Pour le reste, on utilise Netflix. Alors que la majorité des Québecois payent 100$ par mois pour des chaînes spécialisés, on binge watch des séries Netflix comme personne d’autre et on est pas malheureux pour autant.

À chaque fois que je reçois des commentaires du genre, je ressens le besoin de me justifier; oui mais, je travaille vraiment fort sur mon blog pour générer des revenus; oui mais, je magasine genre jamais; oui mais, ça fait six mois qu’on se serre la ceinture pour pouvoir déménager; oui mais, mon budget par épicerie est de 25$ par semaine par personne. Des exemples comme ça, j’en ai des tonnes. Malheureusement, c’est pas tout le monde qui voit les efforts qu’on fait et qui mènent à nos accomplissements.

 

 

Commentaires