Profession: Blogueuse ou comment j’ai inventé ma job de rêve

Quand j’ai lancé mon blog, j’étais bien loin de réaliser toute l’importance que ce projet prendrait dans ma vie au cours des années à venir. J’ai commencé à écrire pour me désennuyer pendant une session de pause à l’université. J’étais dans un programme qui ne m’allumait pas pour deux cennes, j’étais en dépression saisonnière et je pleurais à tous les jours. Mais, j’avais envie de développer mon côté créatif que je mettais de l’avant sur Instagram depuis quelques années déjà. À bien y repenser, mon blog m’a aidé à me sortir du vide.

Il faut dire que je suis extrêmement chanceuse d’avoir un chum doué en graphisme ainsi qu’en informatique qui m’a grandement aidé dans le processus. Pendant plusieurs mois, P-A s’est investi à 100% dans l’idée qu’était The Golden District en me proposant des idées de noms, des maquettes de site web et des interfaces. Pendant ce temps, je bâtissais tranquillement une banque d’articles et de photos. Comme je le dis souvent,  la vie de blogueuse a tellement d’lair plus glamour qu’elle l’est réellement. En surface, on voit les belles photos, les événements V.I.P, les beaux restos. Mais, on ne voit pas tous le travail qui est derrière. Laissez-moi vous en jasez.

Acheter son domaine – Après avoir choisi son nom -ce qui semble vraiment plus facile à dire qu’à faire- la première étape est d’acheter son .com. Plusieurs de mes premiers choix étaient déjà pris, mais TheGoldenDistrict.com était toujours disponible sur GoDaddy.com. Pour les curieux, je paye mon domaine 15$ par année. Tout dépendant de plusieurs facteurs, celui que tu choisiras pourrait te coûter plus ou moins cher.

Choisir sa plateforme – Pour moi, il n’y a pas eu de questionnement existentiel, Pier-Alex a un peu choisi pour moi. C’est normal aussi, il s’y connait pas mal plus que sa blonde en ce qui a trait à l’informatique. Je vois souvent passer des questionnements sur les groupes Facebook de blogueuses, plusieurs se demandent lequel de Wix ou de WordPress est le meilleur. Pour ma part, j’adore travailler avec WordPress. Même si ce n’est pas l’outil le plus intuitif à utiliser, on s’y retrouve facilement et après plusieurs mois, j’ai pogné la twist. Maintenant, je fais une grande partie de la maintenance toute seule et j’me débrouille comme une championne.

Choisir son thème – J’vous ai déjà jasé de graphisme dans cet article. J’ai eu la chance d’avoir quelqu’un dans ma vie qui est pas mal bon en graphisme qui m’a fait une belle job et qui acceptait de se faire payer en pattes d’ours. Ce qui m’a permis d’avoir un blog assez cute à très faible coûts. Quand on commence, et surtout qu’on est pas certain du temps (et de l’argent) qu’on veut investir dans son blog, c’est bien de commencer avec un thème gratuit ou pas très cher. En tapant “WordPress free theme” sur Pinterest ou Google, j’te garanti que tu peux en trouver une multitude qui se distinguent et qui ne sont pas trop mal. Avec le fil du temps, ça peut devenir intéressant de payer un professionnel pour revamper sa page.

Se bâtir une banque d’articles – C’est en lisant plusieurs blogs avant de me lancer dans mon aventure que j’ai réalisé que je ne pouvais pas mettre en ligne un blog vide. Ça peut sembler niaiseux, mais je ne m’étais jamais penché sur la question. En y réfléchissant bien, j’ai décidé qu’il me faudrait au moins dix articles à jour pour donner un avant-goût à mes lecteurs de mon style. Au début l’inspiration n’est pas toujours au rendez-vous. Depuis le lancement de mon blog, j’ai toujours en réserve quelques article, au cas où. Dans un monde idéal, j’aimerais toujours avoir une dizaine de posts en banque. Mais ça tourne souvent autour de deux ou trois. L’important, c’est d’en avoir assez pour dépanner les fois où on manque de temps.

 

Commentaires

Tags from the story
,