#AD: On jase des articles sponsorisés

Vous avez été plusieurs à remarquer que j’ai décroché plusieurs belles collaborations au cours des derniers mois. Autant ici, que sur Instagram et Facebook, le #AD a été assez présent. J’me compte vraiment chanceuse de pouvoir vivre de mon blog et d’exercer un métier qui me stimule et que j’aime. Pour se faire, comme je l’expliquais dans cet article, je ne peux pas seulement mettre des publicités sur The Golden District. Je dois réaliser des partenariats avec des compagnies. C’est bin l’fun de recevoir des bébelles gratuites, mais malheureusement c’est pas possible de payer son loyer en rouges à lèvres ou son épicerie en paires de skinny jeans et j’ai pas encore trouvé le moyen de vivre de lipgloss et d’eau fraîche.

J’me compte chanceuse parce que vous m’accordez beaucoup de confiance et j’me fais rarement demander si mes partenariat sont organiques, malheureusement, certaines collègues n’ont pas cette chance. J’ai récemment vu quelques commentaires du genre de: “Je t’unfollow parce que tu fais juste des posts commandités, j’ai perdu confiance en toi” sur les pages de certaines de mes amies. J’me répète souvent, mais ma règle #1 since day one, c’est l’honnêteté envers mon auditoire – C’est vous ça -. Puisque vous me voyez faire de plus en plus de partenariats rémunérés sur mon blog, j’ai choisi de vous parler un peu avant de me faire poser plus de questions de votre part.

Que ce soit la nouvelle cafetière de Keurig ou des chaussures de sports Skechers, quand vous voyez le #Ad (ou #Partner, ou encore #Affiliate et #Spon/#Sponsored) sur certaines de mes publications, ça veut dire que j’ai été payée pour vous parler du produit présenté.

Bon, on va commencer par le commencement: Quand je me fais proposer un partenariat, j’analyse toujours le produit avant de m’engager. J’me demande si c’est quelque chose que je veux essayer, si c’est un produit que j’aime et si ce serait bénéfique de vous en parler. Si je réponds “non” à une de ces questions, je n’accepte pas la proposition. Quand une agence de relations publiques qui représente une compagnie me contacte, je suis toujours flattée, mais ça m’arrive – souvent même – de refuser. Je souhaite de tout coeur conserver la relation authentique et organique que j’ai avec vous. J’me considère comme une girl next door, une amie avec qui vous pouvez échanger sur les médias sociaux.

Tant qu’à être dans le sujet, pourquoi ne pas jaser des autres hashtags qui sont susceptibles d’en déranger quelques uns:

#Collab – Pour ma part, j’utilise le terme “collab” quand je souhaite identifier un partenariat pour lequel je n’ai pas été rémunérée avec un vrai salaire. Par exemple, pour cette photo, Daniel Wellington m’ont envoyé l’une de leurs montres gratuitement plutôt que de me payer avec des vrais sous. C’est souvent le cas pour les plus petites entreprises qui n’ont pas nécessairement les moyens de s’offrir les services d’un influencer, c’est aussi parfois le cas, quand les compagnies envoient des produits plus luxueux à des microinfluencer.

#Gifted – Quand j’appose ce mot-clic sous une photo Instagram, c’est parce que j’ai reçu cet item en cadeau par une agence de communications sans qu’on me demande d’en parler. En étant blogueuse, je reçois souvent plusieurs colis de presse par semaine et donc plusieurs produits à tester. Je n’utilise pas souvent ce hashtag sur Instagram, parce que je post rarement des photos en ligne qui mettent en vedette un seul produit, mais je trouve que c’est important de spécifier quand je reçois des produits sans les payer puisque ça peut modifier mes attentes envers ceux-ci.

J’ai plein de nouveautés estivales à essayer pis j’suis trop heureuse 🍒🌞🌿

A post shared by CLAUDIE LAPORTE (@claudielap) on

J’me sens tellement choyée d’avoir seulement 22 ans et de pouvoir faire un métier qui m’interpelle et qui me passionne. J’me sens encore plus #blessed de pouvoir collaborer avec des grosses compagnies que j’adore comme Lise Watier et Vero Moda. Des opportunités comme celles-ci me remplissent de bonheur et de gratitude. C’est grâce à votre engagement, vos likes et commentaires que je peux travailler avec des compagnies exceptionnelles comme celles-ci.

Maintenant, vous le savez. Faire des publications sponsorisée, ça fait partie de ma job. J’suis complètement transparente avec vous et je refuse pas mal de contrats parce que je suis très sélective par rapport aux compagnies avec lesquelles je souhaite travailler. J’essaie très fort de ne pas vous bombarder avec mon contenu commandité et de produire autant, sinon plus de contenu spontané. Mais la prochaine fois que vous verrez le #Ad sur une de mes photos ou un article, sachez que c’est un produit que j’endosse à 100% et que vous pouvez avoir confiance en mon jugement. C’est pas parce que je suis payée pour faire rayonner un produit que mon opinion sur celui-ci change.

J’espère que j’ai pu vous éclairer sur le sujet des articles et photos commandités, si vous avez plus de questions, ça me ferait plaisir de vous répondre dans les commentaires.

Commentaires