Pourquoi j’ai lancé The Golden District

J’vous ai souvent parlé de ma vie de blogueuse, ici, et ici aussi! Aujourd’hui, je vous partage quelque chose d’un peu différent, une perpective plus personnelle sur ma nouvelle vie de jeune entrepreneure. Je sais que je le répète souvent, mais j’suis tellement contente d’avoir une relation aussi authentique avec les gens qui me suivent au quotidien. J’suis heureuse de ne pas avoir de filtre et de pouvoir m’exprimer librement, je sens vraiment que je peux échanger avec ma communauté sans crainte de jugement. À chaque fois que je parle de la réalité d’être blogueuse, je reçois des tonnes et des tonnes de messages de filles qui ont aimé le sujet et qui souhaiteraient en apprendre plus sur ce dernier.

Voici donc la petite histoire derrière The Golden District.

 

Comme je l’ai déjà dit dans cet article, j’ai lancé mon blogue dans un moment d’égarement, un moment où j’ignorais ce que je voulais faire de ma vie et, avec du recul, je peux même affirmer que j’étais probablement aussi en mini dépression. Quelques mois plus tôt, j’annonçais à ma famille que je ne retournerais pas à l’Université la session suivante et j’étais prise de crises de panique à la simple idée de devoir prendre une décision face à ma future carrière. Je pleurais souvent, sans savoir pourquoi. Je regardais mon chum qui avait fini son BAC et qui s’épanouissait dans sa carrière, alors que j’avais d’la misère à simplement choisir un domaine d’études.

Là, on va prendre un break pour se jaser de quelque chose: 18 ans, c’est bin trop tôt pour décider d’une vocation de vie. Si tu branles dans le manche, si t’es incertaine, t’es pas la seule, fais-toi en pas pis mets-toi surtout pas de pression sur les épaules. De la part d’une fille qui a passé par là, ça va bien aller, j’te jure!


J’ai canalisé toute l’énergie négative qui m’habitait et je l’ai mise dans la création de The Golden District, notre projet de couple. À ce moment, j’étais loin de me douter qu’on venait de semer la première pousse qui deviendrait un jour le jardin qu’est The Golden District. Avec beaucoup d’amour, on l’a arrosé, couvé, puis pendant qu’on y travaillait avec toute la minutie qu’on pouvait, il a fleuri de toutes les couleurs du monde. Inconsciemment, en cherchant un passe-temps qui me changerait les idées dans un moment de noirceur, j’avais trouvé la réponse à mes questions, ou plutôt, j’avais crée la réponse à mes questions.

Pour moi, il y a une Claudie avant le blog et une Claudie améliorée après, comme une version 2.0. J’ai grandi au travers cette expérience, j’ai appris sur moi-même et je suis passé de l’ado qui se cherchait à une jeune femme épanouie. C’est drôle de dire que je suis passée d’un extrême à l’autre, de la fille qui allait à tout croche à celle qui sait en tabarouette où est-ce qu’elle s’en va – pis tassez vous de d’là si vous êtes pas contents -. Maintenant, je sais que si j’avais autant de difficulté à trouver une voie toute faite pour moi, c’est parce qu’il fallait que je la trace moi-même. Voilà, la réponse que j’ai trouvé sans même le savoir, le pourquoi j’ai lancé mon blog.

Crédit photo: Isabelle Bougie

 

Commentaires