comment je choisi mes partenariats

La semaine dernière, je vous ai demandé en story Instagram ce que vous aimiez le moins chez les “influenceurs”. J’ai été étonnée que plusieurs d’entre vous me répondent “les publicités”. En y réfléchissant bien, j’me suis dit que dans un monde où on préfère Netflix à la télé régulière pour éviter les pub et où tout le monde utilise des adblocks sur son ordi, c’était quelque chose d’assez attendu. Sauf que j’ai l’impression que ce qui irrite le plus les gens, ce n’est pas la publicité en elle-même, mais surtout les gens qui font celle-ci. Comme si le fait de voir une publicité de savon Dove à la télé avec une actrice no name qui se frotte sous la douche était dix fois mieux que le témoignage d’une personne réelle sur Instagram. Les deux ont été payées pour en parler, pourtant. Et, à mon sens, la créatrice de contenu a eu l’opportunité de tester le produit avant de l’endosser et a choisi d’y apposer son nom. Elle est là, la différence.

Le pire, c’est que j’ai d’la misère moi-même à discerner ceux que je dois ou ne dois pas croire sur les médias sociaux. Parce que lorsque je vois une blogueuse unboxer des produits le mardi et en faire une review hyper exhaustive le mercredi, j’ai d’la misère à croire qu’elle aime réellement les produits dont elle parle. C’est bien là un signe qu’il faut garder l’oeil ouvert et ne pas croire tout ce qu’on voit en ligne, parce que non, ce n’est pas tout le monde qui est honnête. Et y’en a une moyenne gang qui vendraient probablement leur mère pour un peu d’argent.

Je parle pour moi, mais quand je choisi de m’associer avec un produit, c’est que je me sens parfaitement à l’aise de mettre mon nom sur ce partenariat. Si je fais la promo d’un shampooing, c’est que je l’ai moi-même testé et que je le recommande sincèrement avant d’être payée pour en parler. Avant d’être engagée auprès des marques avec lesquelles je collaborer, je suis d’abord et avant tout engagée envers vous. Bin oui! Parce que si vous n’étiez pas près de 20k à me suivre sur toutes mes plateformes, je ne pourrais pas être “influenceuse“. Ça fait presque quatre ans que j’investi du temps et de l’argent dans mon blog et je planifie le faire pour aussi longtemps que je le pourrai, clairement j’ai pas envie de scrapper mon image pour une centaine de piasses en m’associant à un produit que je n’aime pas vraiment. Je vaut bien plus que ça

J’en ai déjà parlé dans cet article d’ailleurs, mais je refuse beaucoup plus de partenariats que j’en accepte, simplement parce qu’ils ne correspondent pas à ma vision. Également j’essaie ne pas saturer mon compte avec des publications sponsorisées. Parce que je comprends à 100% que ça peut devenir fatiguant et que clairement, y’a personne qui achète un magazine simplement pour regarder les publicités – c’est le même principe sur Insta – Par contre, comme dans le cas d’un magazine, les publicités que je vends me donnent l’opportunité de créer du meilleur contenu et de continuer de faire ce que j’aime. Donc aussi longtemps que vous apposerez des mentions “j’aime” sur celles-ci, je pourrai continuer à vivre de ma passion.

 

Commentaires