Mon anxiété: comment j’ai appris à la maîtriser

J’ai toujours su que j’étais une personne de nature anxieuse. Jusqu’à l’an dernier, ça ne m’avait jamais empêcher de m’accomplir au quotidien; j’étais plus irritable en période d’examen ou lorsque j’avais de gros contrats à remettre pour le boulot. En août dernier, avec notre déménagement, ça s’est accentué, beaucoup. Au départ, mon premier réflexe était de la chasser, la maudite. Ma première crise d’anxiété aura été dans un Ikea, même pas 24 heures après avoir mis pied à Vancouver. La cause était plus que banale, mais semblait être une montagne pour moi. C’est ça l’anxiété, ça transforme tous les minis problèmes en géants qui nous paraissent insurmontables. Ça donne mal au ventre, mal au coeur, ça coupe l’appétit. C’est vraiment l’enfer. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle j’ai perdu du poids dans les mois qui ont suivi notre déménagement. Comme je l’ai souvent répété, j’essaie de rester le plus transparente possible avec vous sur les médias sociaux. Pour cette raison, je n’ai jamais tenté de cacher mon problème d’anxiété; si mon expérience négative pouvait aider quelqu’un dans la même situation que moi, ma mission serait accomplie.

Dans les derniers mois, j’ai appris à apprivoiser ma petite bête noire. Je sais qu’elle est là, elle se fait encore parfois sentir, mais moins intensément qu’avant. Avec le temps, j’ai constaté qu’à chaque fois que  je tentais d’ignorer mes signaux de stress, ils se calmaient quelques temps pour revenir de plus belle, encore pires. En étant consciente de leur présence, et en les écoutant,  je suis en mesure de mieux les contrôler avant qu’ils ne m’envahissent. C’est vraiment ce qui fonctionne le mieux pour moi.

Parce que  je suis certaine de ne pas être la seule dans cette situation, voici les trucs qui fonctionnent souvent pour calmer mon anxiété:

+ Être à l’écoute de mon corps. Comme je le disais plus tôt, en étant à l’écoute de mes symptômes, je suis en mesure de mieux calmer mes signes d’anxiété avant qu’ils ne deviennent trop gros. Être à l’écoute de mon corps, ça implique de prendre du temps pour moi. Entre autres, le yoga et la méditation m’aident beaucoup à me centrer sur moi-même, à être attentive aux signaux d’anxiété et à calmer celle-ci.

+ En parler. De parler à quelqu’un, c’est comme une délivrance. En verbalisant mes inquiétudes, ça allège beaucoup leur poids sur mes épaules. La personne qui m’aide le plus lorsque je me sens anxieuse, c’est Pier-Alexandre, qui me permet vraiment de mettre les choses en perspectives.

+ Chercher la cause de mon anxiété. Souvent, lorsque je me sens anxieuse, j’ai l’impression de ne pas savoir ce qui cause mon stress. Comme je le disais plus haut, c’est souvent difficile de savoir par où commencer lorsque l’anxiété est déjà bien installée. En trouvant la cause de ce qui me tracasse et en l’expliquant de façon rationnelle, je suis plus en mesure de la gérer.

+ Bouger. Mon stress est souvent accompagné de l’envie de m’isoler. Souvent, la dernière chose que je souhaite faire, c’est de sortir de la maison. Pourtant, lorsque je me force à aller à l’extérieur pour prendre une marche, ça me fait le plus grand bien. Ça me change les idées, et c’est tellement bénéfique pour mon physique ou mon mental.

+ Aller chercher une aide professionnelle. Je sais que c’est souvent tabou de parler de troubles mentaux ou de consulter un professionnel de la santé mentale, mais c’est tellement important de briser le silence sur le sujet. Pour ma part, je suis consciente que si mon anxiété prend trop de place un jour, il me sera nécessaire de consulter.

Avez-vous d’autres bons trucs pour gérer l’anxiété? 

Commentaires